jeudi 16 décembre 2010

Calling Card (1976)


1. Do You Read Me - 5'20
2. Country Mile - 3'18
3. Moonchild - 4'48
4. Calling Card - 5'24
5. I'll Admit Your Gone - 4'25
6. Secret Agent - 5'45
7. Jacknife Beat - 7'04
8. Edged In Blue -  5'31
9. Barley And Grape Rag - 3'39

Bonus Tracks de la réédition de 1999 :

1. Rue The Day - 4'14
2. Public Enemy (B-Girl Version) - 4'35

Pochette Originale
Malgré le désaveu de son auteur (et de Gerry Mc Avoy !) Calling Card est sûrement l'album du quartette le plus réussi. Rory lui reprochait une production trop lourde, gommant l'aspect live et brut de décoffrage en comparaison des opus précédent. Une production réalisé par le non moins célèbre bassiste du Deep Purple MKII: Roger Glover. 

Si l'on compare avec les autres albums du quartette, il est vrai que la section rythmique sonne de façon plus rigide. Ce que montre parfaitement Do You Read Me et son roulement de batterie amorçant un riff de guitare appuyé par l'orgue de Lou Martin. Un titre aux accents Funk qui à l'instar de la majorité des titres de l'album sera exploité pleinement sur scène lors de la tournée suivant la sortie de l'album.

Country Mile est un boogie rock fiévreux qui n'est pas sans rappeler de par sa forme et son usage du bottleneck, le titre Souped Up Ford de l'album précédent.

Jusqu'ici les titres à consonance Hard Rock n'étaient pas légion dans le répertoire de Rory. Moonchild laisse clairement présager l'orientation que Gallagher prendra après Calling Card. Le titre se pare d'une ambiance sombre qui détonne avec les autres compositions de l'album.


Le titre éponyme pourrait être perçu à lui seul comme une synthèse des influences du guitariste. A la fois Blues, Jazz et Rock - Calling Card est le genre de titre qui fera défaut dans les albums qui suivront. Un titre audacieux où la virtuosité de Rory atteint des sommets. Cependant on remarquera que la version studio sera largement supplantée par les versions live où le duo de solos entre Rory & Gerry et l'intense progression qui en résulte viendront parachever ce titre exceptionnel.

L'album se pare ensuite d'une ambiance intimiste et mélancolique avec I'll Admit You're Gone, un titre acoustique agrémentée de partie de slide toute en subtilité.
Véritable archétype blues rock - Secret Agent fait partie des grandes réussites de cet album. Outre les parties de slide qui font mouche, on peut souligner l'ironie des paroles avec un thème cher à Rory: les histoires d'espionnage. Clin d'oeil amusant - lors de certains concerts, Gallagher joue le thème de James Bond à la fin ou au début du titre.

Jacknife Beat à mi chemin entre le Funk et le Jazz tend à prouver que contrairement aux albums précédents, le clavier n'est plus uniquement un prétexte pour jammer. On remarque ici, comme sur la plupart des compositions de l'album qu'il est bien souvent l'élément central et le pilier de chacune des compositions.
Morceau bien trop méconnue du guitariste, Edged In Blue est un véritable bijou de part sa construction. Ses nombreux breaks devaient être plutôt ardu à retranscrire en live, ce qui doit expliquer que l'on dénombre si peu de témoignage audio de ce titre sur scène.

L'album de 1976 se termine avec Barley And Grape Rag, un titre festif joué avec la fameuse National Triolian de 1930. Abondamment jouer sur scène et souvent en medley avec Pistol Slapper Blues, le titre sera ré enregistré plus tard avec le célèbre groupe de musique irlandaise -The Dubliners.  

La réédition de 1999 voit l'insertion de deux titres des sessions de 1977 pour l'album avorté qui devait succéder à Calling Card.
Le premier titre Rue The Day est un titre rythm n' blues explosif rappelant par moment le style de compo de Ike & Tina Turner.
Le second Public Enemy (B-Girl Version) n'est ni plus ni moins que la version embryonnaire du titre Public Enemy N°1 qui verra le jour plus tard sur l'album Top Priority.



Plébiscité à juste titre par les fans, Calling Card malgré les reproches de son auteur est l'opus le plus dense musicalement. Chaque titres montrent une facette différente avec un groupe à son apogée. Pourtant rien ne pouvait laisser présager du revirement à venir ...







Aucun commentaire:

Publier un commentaire